Le restaurant

Cuisine d’aujourd’hui, cadre d’hier

Une table dédiée aux produits du terroir

« A l’Auberge de l’Onde, l’On dîne » ! Mais pas seulement ! Car l’auberge tient également lieu de pinte du village où l’on peut boire un verre de Chasselas ou toute autre boisson, suivant l’heure de la journée. A la belle saison, sur sa terrasse qui anime le cœur du bourg ou à la table d’une des salles de l’entrée, chacune dédiée à une personnalité ayant fortement marqué les lieux. La grande salle du premier étage se prête, quant à elle, exclusivement aux repas, dans un décor plus raffiné, avec comme pièce maîtresse sa cheminée faisant office de grill – unique dans la région !

La belle demeure vaudoise offre donc deux ambiances : au rez-de-chaussée le Café ainsi que la Brasserie et au premier étage la Rôtisserie. Que l’on choisisse l’une ou l’autre, une même carte, actualisée à chaque saison, y est proposée par le Chef Alexandre Noireaux et sa petite brigade. Les gastronomes peuvent également se réjouir d’une Ardoise de la semaine composée « d’incontournables » et de bonnes pièces de viande préparées au grill.

Sa cuisine bistronomique est à la fois authentique et inventive et s’accompagne des meilleurs crus de la région et d’ailleurs, sélectionnés par le directeur de la maison et sommelier réputé Jérôme Aké Béda. Ce qui lui vaut 15 points au Gault&Millau.

La Rôtisserie

Sise sous l’ancienne poutraison, la grande salle du premier étage doit son nom de Rôtisserie à son imposante cheminée à crémaillère datant de 1750, véritable joyau de la maison. Viandes et volailles du pays y sont grillés selon la méthode d’antan, leur apportant un fumet inégalable. Un vrai spectacle de « Live Cooking » s’offre alors aux convives.

Le Salon Chaplin

Charlie Chaplin, qui a vécu de 1953 à sa mort en 1977 à Corsier-sur-Vevey dans son Manoir de Ban situé à 5 km de Saint-Saphorin, faisait partie des habitués de l’Auberge de l’Onde et plus particulièrement de ce salon, qu’il fréquentait le dimanche, accompagné de sa grande famille. Il en est d’ailleurs fait mention au Chaplin’s World, le musée retraçant la vie de l’illustre artiste et son œuvre qui a pris place dans son ancienne demeure.

Le Salon Marcel Imsand

Les paysages et portraits du photographe vaudois Marcel Imsand garnissent les murs de ce petit salon orné d’une cheminée ancienne, pour le plus grand plaisir de ses hôtes le temps d’une pause contemplative. On y plonge dans l’environnement qui entoure l’Auberge de l’onde au travers d’images mettant en lumière le travail de la vigne et de ses artisans.

« Nous aimons élaborer de nouvelles recettes au gré des saisons, en sublimant les produits de la région tout en y apportant une touche méditerranéenne. »

Alexandre Noireaux
Chef cuisinier de l’Auberge de l’Onde

La Pinte à Gilles

Célèbre sous son nom d’artiste, Gilles, auteur, compositeur et interprète de pièces de théâtre, chansons et poèmes, le Vaudois Jean Villard est revenu vivre dans son Pays de Vaud bien-aimé les vingt dernières années de sa vie. Très précisément à Saint-Saphorin, de 1962 à 1982. Voisin de l’auberge, il y avait sa table au Café, où il venait déguster ses « trois décis de Saint-Saph’ », bien sûr ! Son souvenir y est encore présent grâce au portrait de lui sur l’un des murs, dû au crayon talentueux de l’artiste vaudois Géa Augsbourg.

Le Caveau

Situé au sous-sol de la bâtisse, ce que l’on surnomme le « Caveau » a plutôt des allures de lounge-bar avec ses fauteuils rouges et ses tables basses répartis dans cette pièce aux dimensions généreuses, qui peut accueillir jusqu’à 65 personnes debout. Son bar, sa cheminée et… son piano à queue promettent des soirées chaleureuses et rythmées ! Écran et beamer y sont également installés pour des présentations tantôt festives tantôt studieuses.

L’Auberge de l’Onde accueille avec plaisir les anniversaires, les mariages ainsi que les sorties d’entreprise et propose aussi des événements thématiques.

En savoir plus…

La Terrasse

De part et d’autre de la ruelle pavée traversant le village, la terrasse s’adosse aux murs de l’auberge et de l’église gothique, fondée en 590 et transformée en 1520. On y boit, on y mange, on y passe un bon moment, tout en appréciant l’atmosphère quasiment méditerranéenne du vieux bourg, élu l’un des plus beaux villages de Suisse romande.

Les dimanches de l'Onde

Le jour du Seigneur pour les uns, de flânerie ou de balades en famille pour les autres, l’Auberge de l’Onde s’adapte à tous les programmes et ouvre sa cuisine de 11h45 à 16h00 (dernière commande). La carte habituelle y est proposée, à différencier du traditionnel brunch… L’occasion d’aller se promener dans le magnifique vignoble de Lavaux et de découvrir le pittoresque village de Saint-Saphorin, avant ou après votre déjeuner.

Chef de cuisine de l’Auberge de l’Onde, Alexandre Noireaux sublime les produits de la région au gré des saisons.

Un peu d'histoire

C’est une auberge de village, mais quelle auberge et de quel village ! Au cœur du célèbre vignoble de Lavaux, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, au cœur du village médiéval de Saint-Saphorin, nichée dans une maison vigneronne de 1750, l’Auberge de l’Onde est toute pleine des vibrations de sa riche histoire et de sa tradition.

Récemment restaurée dans sa gloire d’antan par un mécène passionné, elle a retrouvé tout le charme qui au siècle dernier faisait d’elle le lieu de ralliement des artistes. Charlie Chaplin venait fréquemment y manger en famille, tandis qu’en bon voisin LE poète et chansonnier vaudois Jean Villard Gilles, bien connu des Parisiens, y avait sa table. La peintre Lélo Fiaux, les écrivains Charles-Albert Cingria, Paul Budry et bien d’autres se retrouvaient à l’Onde et savaient y savourer les vins de Lavaux.

Depuis lors, vignerons et oenologues ont beaucoup travaillé pour améliorer encore leurs nectars. La cave de l’Auberge de l’Onde regorge de flacons étonnants que son sommelier Jérôme Aké Béda collectionne avec toute sa compétence de Sommelier de l’année du Gault&Millau Suisse 2015.